wpf3e2eab4.png
wp22f6197a.png

Contact: Didier Raymaekers – bouchonez@gmail.com – 0486/93.93.95

 

wpf776d1d2.png
wp22f6197a.png
wpa7e35adb.png
wp9b596acc.png

Cours d’oenologie à Chaumont-Gistoux

wp6396f1e1.png

La 157ème vente aux enchères des Hospices de Beaune

Le principe

Tout le monde connaît les Hospices de Beaune ! Pour les avoir visités ou au moins pour les avoir vus dans le film la Grande Vadrouille.

Mais vous ne savez peut-être pas que les Hospices sont devenus au fil des siècles propriétaires de plus de 60 hectares de vignes offertes par différents bienfaiteurs.

Le Domaine des Hospices de Beaune possède une équipe de 25 vignerons qui s’occupe de ces vignes tout au long de l’année et réalise les vendanges. Les raisins sont ensuite vinifiés à la cuverie du domaine puis mis en fûts de 228 litres, ici appelés « pièces ».

La vente aux enchères

La particularité du Domaine est qu’elle n’assure pas l’élevage et la vente de ses vins. Tous les ans, le troisième WE de novembre, les différentes pièces sont vendues aux enchères, les bénéfices servant au fonctionnement de l’hôpital de Beaune.

Lors de cette année 2017, 800 pièces étaient à la vente et le record absolu a été battu avec un montant récolté de 11 164 964 €.

Le grand cru blanc de Bâtard-Montrachet s’est révélé être le vin le plus cher avec un montant de 118 000 € pour une pièce … soit, tenant compte des taxes et des frais d’achat, une future valeur de revente de la bouteille d’au moins 503 € !

La fête dans la ville

Outre la vente aux enchères, la ville de Beaune fait la fête le temps d’un week-end : animations folkloriques, ripailles diverses et dégustations nombreuses bien évidemment.

Les grands négociants beaunois comme Patrirache, Bouchard Ainé, Drouhin, Bouchard Père et fils, … ouvrent les portes de leur cave pour des dégustations exceptionnelles reprenant des vins jeunes encore sur fût, des cuvées issues des précédentes ventes aux enchères et des vieux millésimes introuvables ailleurs que dans leur cave.

Chez Patriarche par exemple, 10 vins étaient proposés (voir photo) dont une comparaison de deux Beaune 1er cru de 2012 et 2001 de la même cuvée ou encore un grand cru Grands Echezeaux de 1977.

Bref pas moyen de s’ennuyer et suffisamment d’alcool à disposition pour oublier qu’il faisait froid …

 

wp716b13c2_0f.jpg
wpd5e4263a_0f.jpg

© D.Raymaekers